Hécate, ma Déesse Patronne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hécate, ma Déesse Patronne

Message par Almarean le Mer 23 Mar - 10:52

]Dans la mythologie Grecque Hécate est une Déesse de la Lune.
Fille du Titan Persé et de la titanide Astéria (Théogonie d’Hésiode), elle est originaire de Thrace.
Elle fait partie de la triade Lunaire avec Séléné et Artémis, Hécate représentant la nouvelle Lune qui symbolise la mort, Séléné, la pleine lune symbolisant la naissance et Artémis le croissant de lune qui symbolise la maturité dans le cycle de la vie. Hécate présente deux aspects opposés : déesse protectrice liée aux cultes de la fertilité, accordant richesse matérielle et spirituelle, honneurs et sagesse, conductrice des âmes emportées par la tempête  mais aussi déesse de l'ombre et des morts.
Ses pouvoirs magiques sont redoutables, notamment à la lumière de la Lune.
Elle est honorée comme Déesse des carrefours parce qu’elle relierait le ciel, la terre et le royaume souterrain.
Hécate à trois visages, ses trois visages représentent les trois royaumes sur lesquels s’étend son pouvoir. Sa magie provient du plus haut des cieux jusqu’au royaume souterrain. Elle est la Déesse des carrefours, des seuils (elle est présente aux moments charnières et aux transitions de la vie), des songes et des oracles(les rêves et les cauchemars étaient attribuée à Hécate, qui pouvait autant envoyer des cauchemars à ceux qui l’avaient offensés que de bons rêves à celui qui se l’était conciliée. Hécate tient ses pouvoirs d’oracle de sa Mère la titanide Astérie), des sphères de la vie et de la mort, l’initiatrice des mystères et maitresse de la magie. Elle possède également le pouvoir de protectrice apotropaïque (qui détourne le mal)

Elle est la Déesse de l’Ombre, des fantômes, des daimones (considérée comme un être surnaturel inférieur aux dieux, mais supérieur à l’homme, comparable à un demi-dieu, ou au fantôme d’un héros trépassé. Les eudaemons sont bénéfiques alors que les Kakodaemons sont maléfiques), des magiciens et des Sorciers, car elle est la magicienne par excellence.
Elle détient les clefs des royaumes et décidait de qui entrait dans la partie paradisiaque des champs Elysées. C’est donc elle qui menait les âmes des défunts au bout de leurs voyages.
Elle a reçu nombre d’épithètes décrivant ses rôles et ses attributs : Chtonia (celle de la terre), Dadouchos (porteuse de la torche), Enodia (celle des chemins), Kleidouchos (porteuse des clefs), kourotrophos (nourricière), Phosphorus (porteuse de lumière), Propolos (guide), Propylaia (gardienne du portail), Soteira (celle qui sauve), Trioditis (aux trois chemins).

Hécate se tient aux carrefours, détenant les clefs des mystères, elle a inspiré les poètes et les philosophes, les sorcières et les magiciens, mais aussi les gens du peuple et tous ceux qui, souhaitant améliorer leur sort, savaient qu’elle accorderait sa bénédiction et sa protection contre les entités du royaume infernale.
Il existe encore de nos jours des personnes qu’Hécate appelle à ses mystères, les encourageant à accéder aux recoins les plus profonds de leur être, pour y découvrir la flamme qui illumine les Ténèbres.
En ce sens, c’est comme ça qu’elle est venue à moi, lors de mes heures les plus sombres, elle m’a aidé à trouver la lumière.
Elle est donc encore bien vivante de nos jours dans les cœurs et les esprits de la Prêtrise.
On associe souvent Hécate aux défixions (tablette de malédiction), à la goetia (Sorcellerie), à  la Nékuia (nécromancie), à la pharmakeia (magie des herbes, des plantes et des poisons), à la rhizotomoi (magie des racines) et à la théurgia (théurgie).

Dans sa forme de Propylaia, elle éloigne le mal et protège ceux qui sont derrière la porte. D’ailleurs les petites niches que l’on retrouve encore en Grèce de nos jours  sur les façades des maisons sont appelées « Hekataion ».

Chaque année dans son temple de Lagina, il y avait une cérémonie appelée « Kleidos Agoge » qui signifie la procession de la clef, tout comme le festival d’Hekatesia se déroule lors de la pleine lune de septembre.

Hécate et Hermès sont souvent associés l’un à l’autre, étant donné qu’Hermès était le plus liminal des dieux masculins du panthéon Grec. Pour ma part ce n’est pas Hermès que j’associe à Hécate, mais Thôt, son homologue Egyptien.
Dans de nombreuses légendes, Hélios était aussi associé à Hécate, d’ailleurs, ils furent les deux seuls dieux à prendre conscience de l’enlèvement de Perséphone dans l’hymne homérique à Déméter.
Zeus est également associé depuis fort longtemps à Hécate, dans la théogonie, on dit d’ailleurs que Zeus donna à Hécate le pouvoir de commander sur la terre et sur la mer stérile, Ouranos l’avait déjà fait avant lui d’ailleurs. Elle est appréciée et honorée par tous les dieux olympiens.
En tant que déesse Soteira, elle transmet l’influence de Zeus à tous les mondes et à tous les êtres.

Deux personnes illustres dans la mythologie d’Hécate : Circée et Médée.
On fait d’elle tantôt les grandes Prêtresses d’Hécate, tantôt ses filles. Pour ma part, je les vois plus comme de grande Prêtresses. On dit que circée avait le contrôle des éléments, la magie d’amour, la nécromancie, le don d’invisibilité, la métamorphose, la connaissance des plantes et des herbes et le contrôle des animaux.
Il est fait mention également de Lampades, qui seraient un groupe de nymphes porteuses de torches qui étaient les compagnes d’Hécate (sans doute des Prêtresses d’Eleusis).
D’ailleurs le culte d’Hécate était intimement lié aux mystères d’Eleusis, comme ceux de Déméter et de Perséphone. On parle d’ailleurs d’Hécate dans l’hymne à Déméter, car elle a vu l’enlèvement de Perséphone par Hadès, et c’est également elle qui permettra (avec l’approbation de Zeus) le retour de Perséphone auprès de sa mère, elle sera donc la guide de Perséphone quand celle-ci reviendra sur terre, mais également quand celle-ci repartira dans le royaume souterrain.
Ici on peut remarquer aussi le lien sacré qu’à Hécate avec les chemins invisibles de la nature, puisqu’elle est la seule avec Hélios à avoir entendu l’enlèvement de Perséphone.
On peut préciser que Déméter à un lien très fort avec Hécate, non seulement dans les mystères d’Eleusis, mais dans d’autres temples de Déméter où Hécate avait un sanctuaire et veillait sur les mystères.
Il semble d’ailleurs qu’Hécate était un élément clé des initiations aux mystères d’Éleusis, ainsi, il se peut que les Prêtresses d’Hécate aient guidés les candidats au travers d’un réseau de cavernes souterraines, éclairant le chemin de leurs torches jumelles. L’environnement souterrain semble donc adéquat, comme on peut le voir d’après d’autres Mystères comme ceux d’Eleusis.
On parle également de graines de sésames pour être sauvé de la mort au décours d’un rituel d’initiation, ce qui est tout aussi significatif, car il faisait partie des offrandes faites lors des Mystères d’Eleusis.

Comme mentionnée plus tôt Hécate est nommée Dadouchos, la porteuse de torche.
Sa lumière illuminant la voie, on comprend sa fonction de Phosphorus (porteuse de lumière) et de Purphoros (porteuse du feu). Dans  une scholie non daté, on dit qu’Apollon éclaire le jour et Hécate éclaire la nuit.

Images d’Hécate : On la représentait parfois avec des têtes d’animaux, mais pour ma part, je ferais l’impasse sur le sujet, car je ne l’ai jamais vu sous cette forme. Par contre, elle a une forme Triple pour symboliser les trois voies.
On lui attribue les couleurs rouges, blanches et noires.
Elle aime également qu’on la représente avec une racine de rue, dans une couronne de laurier d’après certains textes (le livre des Sorcières d’Oliver Madox).

Herbes et Poisons : Hécate est souvent associés de près aux plantes de mort, comme les herbes vénéneuses et les plantes funéraires. Ses Prêtresses étaient tout particulièrement associées à la Pharmakeia (magie des plantes, drogues et poisons).
L’argonautique d’Orphée mentionne de nombreuses plantes et herbes qui poussaient dans le jardin d’Hécate : l’aconit tue loup (on dit qu’Hécate la testa sur des étrangers pour en découvrir le dosage), L’ébène (un triple portail d’ébène menait au jardin d’Hécate d’après la légende), l’ail (offrande du Deipnon), la Mandragore, le chêne,  le safran (dans les hymnes orphiques à Hécate, elle est décrite comme la déesse céleste au manteau de safran).
En lien avec la cueillette des plantes, on dit que les herbes d’Hécate étaient cueillies avec une bolline de bronze, métal sacré de la Déesse.

Le bronze est donc le métal consacré à Hécate, mais il est aussi associé au monde souterrain.
D’ailleurs on utilisait aussi des clous de bronze pour percer les feuilles de plomb des défixions.
On dit que c’est également une cage de bronze qui retiendrait les titans.

Les Offrandes : Hécate s’attend à recevoir des offrandes lorsqu’elle est invoquée, comme toutes divinités. D’ordinaire dans la Grèce antique, on allumer un feu pour y bruler les offrandes, tandis qu’on creusait une fosse pour traiter avec les daimones et les fantômes.
En dehors des soupers d’Hécate, trois sortes d’offrandes étaient laissées aux carrefours, il y avait les katharmata (offrande des portions du sacrifice qui n’étaient pas utilisées durant les cérémonies, comme le sang en excédant et l’eau), les katharsia (reste de sacrifice eux-mêmes, comme les œufs) et les oxuthumia (encensoir d’argile qui servait à protéger la maison par des fumigations, puis emporté et laissé à un carrefour) .
Parmi les offrandes, Hécate apprécie le Storax, l’ail, l’encens de myrrhe et d’aloès, la peau de serpent, les poils de chiens, les offrandes à types de miel, de lait, d’huile d’olive, de gâteaux secs et de gâteaux de fruits.
Diverses sources mentionnent différentes offrandes faites à Hécate lors des soupers : Magides (pain ou gâteau), du poisson, des œufs, du fromage, et du basunias (type de gâteau).
Une différentiation a été faites concernant les offrandes de bonne magie ou de magie négative : on disait que quand on donné en offrande du storax, de la myrrhe, de la sauge, différents encens et un noyau de fruit, on demandait l’aide d’Hécate pour la pratique d’une magie bénéfique.
Par contre, pour l’emploi de la magie négative, on lui offrait plus des restes d’animaux, des parties de cadavres et des os lui étaient offertes.

Le souper d’Hécate : Le souper d’Hécate ou Deipnon  était une pratique tout particulièrement associée au carrefour en Y consacré à la Déesse.
Ces offrandes étaient peut-être faites pour apaiser les esprits et les maintenir au carrefour, pour éviter qu’ils ne dérangent pas les voyageurs.
Ces offrandes étaient également destinées à se concilier Hécate et à s’assurer qu’elle regarderait d’un œil favorable ceux qui faisaient des offrandes régulières.
Aristophane a  rapporté que les offrandes à Hécate étaient faites la veille de la nouvelle lune (c’est-à-dire quand le mince croissant de la nouvelle lune apparait).
Pour ma part, je partage l’avis que suggère que l’offrande peut être faite la nuit où la lune redevient visible, ce qui implique une possible connexion avec Hécate en tant que Déesse lunaire, se levant, comme la lune.

Invocation : Lors de l’invocation de la Déesse, on dit que le comportement des chiens est un thème fréquent signalant l’arrivée de la Déesse (aboiement, tremblement).
Pour ma part, je n’ai jamais eu ce genre de réaction par rapport à mes deux chiennes, je la ressens plus sous forme d’une grande énergie sombre qui m’étreint le cœur.

Symboles : on lui associe notamment le symbole de la clef, car elle est la Kleidouchos (la gardienne des clefs), la Soteira (la guide), et la gardienne du portail. La clef fait pour moi référence à choses cachées, aux mystères et à la magie.
On lui attribue également le chien noir, qui pour moi, est une référence prononcée envers Cerbère, le gardien de la porte des enfers.
On lui donne comme symbole également le serpent, qui pour moi représente le cycle de vie, de mort et de renaissance et tend donc l’âme vers l’immortalité.
La torche est également l’un de ses symboles, car elle est Phosphorus (elle répand la lumière).

[/color] La raison du choix et Histoire de la relation

Pour moi, elle est avec moi depuis le début de ce que je suis, depuis que j’ai trouvé ma voie vers la Magie. Pourtant elle était fort discrète et m’a laissé tâtonner et faire des erreurs, mais quand la limite allée être franchis, elle m’a rattrapé au vole….elle m’a sauvé….Voici ma petite histoire :

De mon plus jeune âge à aujourd’hui, j’ai toujours adoré le côté magique, le côté Sorcière, il a bercé les jeux de mon enfance à coup de baguette magique fabriqué par mon grand-père (à force, il n’y avait plus d’arbre autour de nous lol). Ma Mère était également une femme qui adoré ce côté mystérieux, ce côté secret. Je pense que c’est par cet amour de l’invisible que j’en suis venue à choisir ma voie.
Malheureusement, certains drame dans ma vie (perte de ma Mère principalement, Maladie de Sclérose en plaque pour mon Père), m’a fait me retrouver seul à l’âge de 10 ans.
Comment réagit un enfant sans sa Mère, sa Lumière ?
Comment réagit un enfant qui doit gérer la maladie de son Père ?
Comment allier tout ça dans l’esprit d’un enfant ???????

Dans ce chaos qu’a été le début de mon adolescence, j’ai commencé à me documenter sur la Sorcellerie, à répugner les bases de l’art (pas de cercle, pas de purification, pas de protection tous simplement), à sombrer dans une magie sombre…très sombre.
Cette magie, c’était un peu le centre de ma vie, ma drogue, ma dévotion. Elle m’apportait l’amour des autres par la contrainte, elle me permettait de me sentir fort, puissant, mais aussi inconscient.
Le pouvoir a ce petit quelque chose d’enivrant, un peu comme le droguer qui revient toujours vers son dealer et de plus en plus souvent.
Au début « c’est de la bonne », la puissance est colossale, instantanée, et d’une efficacité fulgurante.
Puis plus on y retourne, et plus l’énergie est noire, plus notre haine du monde est alimenter, plus la négativité prends place dans notre cœur.
Seulement, la force de la magie noire en demande toujours plus, elle consume à petit feu, elle essaye d’atteindre notre étincelle divine, en changeant la lumière en ténèbres.

Puis, un jour, vers mes 15/16 ans, je sors en voiture avec ma sœur et mon beau-frère, et je ne mets pas ma ceinture de sécurité.
Sur la route, je me dis « tiens, si j’ai un accident, il faudra que je me tienne en haut et sur la banquette », puis, je sens une odeur d’un parfum familier, un parfum que j’adorais étant petit….celui de ma Mère, du nom de « Rose Noire ».
Soudain, l’accident de voiture se produit, nous faisons des tonneaux sur l’autoroute….
Tout est froid autour de moi, de ma Sœur et de mon beau-frère, celui-ci nous dégagent et je m’en sors avec une micro égratignure sur mon petit doigt.
Quelques jours plus tard, je repense à tout ce qui s’est passé….et là, je me tourne vers la Wicca, je pense avoir trouvé ma voie, ma Déesse….une seconde Mère. Grâce à elle, la petite étincelle qui existée encore dans le chaos de mon âme est devenue brasier, puis flamme flamboyante, me faisant retrouver la voie de la Lumière, essayant de racheter mes erreurs du passé.

A travers son culte qui aura duré 8 ans, je m’épanouie, je ressens sa force et son amour.
Je néglige complétement le Dieu Cerf qui l’accompagne car je ne ressens pas le besoin d’aller vers lui. Je le mentionne que peu dans les rituels, laissant toute la place à LA Déesse.
Puis un jour, je ne ressens plus son énergie, je ne l’a ressens plus, elle ne m’entend plus.
Elle n’est plus avec moi…
Ce sentiment d’abandon est si fort, si puissant, je suis désemparé.
Au détour d’un hasard complet, je trouve le lien de l’OD et me voilà embarqué dans cette aventure à la Découverte des facettes de la Déesse.
Lentement, je retrouve ce lien intime avec le féminin sacré, mais je me rends compte qu’il n’a jamais été ce lien que je croyais…. Sa nature est à la fois sombre mais lumineux, empreint de merveilles mais aussi de peur et d’angoisse, d’une certaine noirceur.
Et là, je découvre Hécate au détour d’un exercice de l’OD.
Après quelques temps, je me tourne vers Gaïa, vers la Déesse Eir, vers Hestia….j’ai perdu de vue l’identité de ma Déesse….qui s’est fortement rappelé à mon bon souvenir.
Voilà Hécate, qui me dit : « toi mon coco, tu vas revenir vers moi, parce que là, tu chies dans mes bottes ». Elle me demande de tout reprendre, tous cet art que j’avais appris, toutes ces connaissances et maitrise de la magie.
Elle me dit : « Quand on pense savoir, alors on ne sait rien, quand on connait, on est égocentrique, il faut que la sagesse s’infiltre, que tu te connaisses à travers l’art ».

Voilà le son de ma renaissance, j’étais aveugle, grâce à elle j’ai vue, j’étais sourd, grâce à elle j’ai entendu…Pour la première fois, je redécouvrais le monde par son expérience et ses coups de gueule quand je ne comprenais pas l’évidence.
Je doutais sur mon métier d’Aide-Soignant, elle m’a permis de le redécouvrir et de l’apprécier, que ma véritable voie était le soin, l’aide aux autres, le dévouement. Je suis tout simplement venue dans ce monde pour ça…Et depuis elle ne me quitte plus, tantôt discrète, tantôt furieuse, tantôt merveilleuse…ce lien est pour moi indéfectible et fait d’elle ma voie, ma patronne, la grande Dame empreinte de sagesse et de Mystère, qui souhaite m’élever dans la lumière de son flambeau, aux mystères de ses portes.

Mythe et culte

La théogonie d’Hésiode a joué un rôle fondateur dans le développement de la religion en Grèce, car il a dressé le premier schéma synthétique de la création des Dieux et surtout, il a fourni la première description littéraire significative connue d’Hécate.
On a suggéré qu’Hésiode était un fidèle d’Hécate, ce qui expliquerai le passage long et le caractère extraordinairement élogieux du passage qui la concerne.
Le philosophe Empédocle prétendait avoir reçu un enseignement d’Hécate lui permettant de rendre jeunesse et vie à l’humanité, et il prétendait être immortel.
Il se jeta dans de la lave en fusion dans un volcan où il ne laissa qu’une sandale de bronze (symbole du culte d’Hécate).

On dit également d’Hécate qu’elle était accompagnée de nymphes appelées «  Lampades », elles portaient des torches et suivaient la Déesse.
On parle principalement de la Déesse Hécate dans l’hymne d’Orphée, c’est comme ça que je l’ai découverte avec plus de profondeur : « Hécate des Voies, je t’invoque Dame charmante de la croisée des chemins, Dame au Manteau de safran, Dame sépulcrale célébrant les mystères bacchanales, Parmi les esprits des morts.
Fille de Perses, amante de la solitude, Qui se réjouie parmi les cerfs La Nocturne, Dame des Chiens, Reine invincible, Celle des cris de la Bête Celle sans ceinture, à l’aspect irrésistible. Celle qui conduit les taureaux.
Gardienne des clés de l’univers entier, Maîtresse, Guide, nourricière pour les enfants, Aventurière des montagnes Je te prie, jeune Dame d’être présente lors de nos rites initiatiques, Toujours bienfaitrice au-delà du Boukolos (adepte hautement placé).
(Source devimoon.com).

Hécate/Hekat/Hékate possède les appellations suivantes : Trisformis (triple forme), Agrotera (chasseresse), Attalos (qui est tendre), brimo (colérique), Despoina (Maitresse),  Enodia (aux multiples voies), Kleidouchos (gardienne des clés), Krataiis (puissante), kurotrophos (protectrice et nourricières des enfants), Perseis (fille de Persé),  Phosphoros (qui apporte la lumière), Propolos (qui guide),  Propylaia (qui se tient devant la porte),  Soteira (la sauveuse), Reine des morts, des esprits et de la nuit.
(source devimoon.com)

Elle est la fille du titan Persé et de la titanide Astéria.
Hécate est donc une Déesse de la Lune, plus précisément de la nouvelle lune qui symbolise la mort.
Elle est la Déesse Protectrice de la fertilité matérielle, spirituelle de l’honneur et de la sagesse, mais aussi une Déesse de l’ombre et de la mort. On peut donc dire qu’elle est le pile et le face d’une seule et même pièce.
On lui prête des pouvoirs phénoménaux notamment en période de nouvelle Lune.
On l’honore en tant que Déesse des carrefours, car on dit qu’elle relie le ciel, la terre et les enfers.
C’est LA magicienne par excellence, d’ailleurs les Sorcières la considère (et moi aussi) comme la reine de toute les Sorcières
Elle apparait dans la théogonie d’Hésiode depuis l’hymne à Déméter, racontant l’enlèvement de Perséphone par Hadès.
Hécate aidera donc Déméter à retrouver sa fille, torche à la main.
Puis, Zeus prit d’affection pour Hécate, elle reçoit un pouvoir souverain sur les mers, la terre et le ciel et devient la protectrice des orateurs, donne la victoire aux guerriers qu’elle choisit, seconde la vaillance des athlètes, dirige les navigateurs sur les flots, protège les chasseurs, prends soin de la naissance et de la croissance des enfants.
Progressivement, on l’associe à la Lune et à ses mystères et se voit prêter des capacités de divinations et de Sorcellerie.
On parle même de deux de ses élèves, la puissante Magicienne Médée, et la puissante Circé.
(source Wikipédia).



Dans son culte on lui sacrifier souvent des chats noires et des chiens  sur les routes à triples voies dans la cités de colophon. On lui attribuer également les peupliers noirs  et on la conjurées pour la pratique de la Géomancie, de la Sorcellerie et pour l’utilité des poisons de mort et de filtre d’amour. On célébrait également le jour de la nouvelle Lune, le Deipnon qui est un rituel pour honorer la Déesse en lui offrant des restes alimentaires. Le lendemain était célébré le Nouménia, qui est un passage de la nouvelle lune au début de la lune croissante, et qui est donc le recommencement du cycle lunaire. Le jour suivant, était honorer les esprits du foyer, placez sous la protection de la Déesse Hécate

Il existait un temple important dans la ville de Lagina, dans la région antique de Carie où l’on pense qu’Hécate était la Déesse tutélaire de la ville. Chaque année, dans ce temple, une cérémonie appelée « Kleidos Agoge » avait lieu, c’est ce qu’on appelle la cérémonie de procession de la clef.
Dans la littérature de l’époque, on voit qu’Hécate était très souvent associée aux sorcières de Thessalie, sorcières très célèbres encore bien connu de nos jours.

Bien que parfois on la présente sous forme tricéphale avec des têtes de lion/ chien/ cheval, je ne l’ai jamais identifié de cette manière, car pour moi elle garde toujours une apparence uniforme avec trois facette de sa personnalité La Jeune incarnant l’immortalité, la Mère protectrice des enfants et du foyer, et l’ancienne qui incarne l’art de la magie ainsi que le cycle vie/mort/renaissance.
Ses Prêtresses porté la bolline de cuivre qui était particulièrement sacrée (le métal).

Attributs et correspondance


On lui attribue le symbole de la torche (en tant que guide spirituelle), la clé (car elle est la gardienne entre les différents mondes), le serpent qui est un animal totémique puissant, symbole le plus souvent du pouvoir sombre, la dague (sûrement à cause de sa fougue et du fait qu’elle apprécie la vaillance des héros dans la mythologie Grecque).
On met sous sa coupe également la Mandragore (plante par excellence pour les Sorcières), le jusquiame noire, le cigüe, la belladone…en bref, les plantes faisant partie de la composante des principaux poisons.
Elle apprécie particulièrement le Safran, qui est une épice de la grâce.
Elle apprécie également les oignons, les offrandes de miel, de lait, de pain d’épice, de vin, d’encens de myrrhe, d’Aloès verra, de résine de Styrax, d’oliban.

Au niveau des cristaux, je l’attribue principalement avec la pierre de Grenat, une pierre de couleur rouge qui nous relies profondément à la terre, mais qui apporte vigueur et énergie.
L’onyx et l’obsidienne font également partie de ses préférences, notamment l’obsidienne car elle nous protège envers les ondes négatives, mais également contre nous-même en nous forçant à nous confronter à nos peurs les plus secrètes.
Les couleurs sacrés de la Déesse sont le rouge, le blanc et le noir.

On l’associe souvent à la triade Perséphone/Artémis/Hécate qui incarne les trois faces de la lune, à savoir la lune croissante, la pleine lune et la nouvelle lune. Pour ma part, je la vois dans sa seule unité n’ayant vraiment aucune affinité avec ces deux autres Déesses.

De ma vision personnelle, elle régit le monde souterrain et est donc la passeuse des âmes, la gardienne des clés des mondes souterrains, du ciel mais aussi des mystères de la terre (elle voyage donc entre les mondes et en détient les secrets).
Elle est à la fois Bienveillante et terrifiante, Lumineuse et Sombre.
Elle a pour moi un très grand rôle en tant qu’initiatrice des mystères de la nuit.
Lors de ma rencontre avec elle, j’ai compris son rôle très important de l’initiatrice, de la guide qui nous fait reprendre à zéro les choses pour les voir dans leurs ensembles.
Elle éclaire ainsi les zones d’ombres qui demeurent en nous, nous confrontant à nous-même et nous permettant de révéler notre force intérieure.
Elle peut se montrer en ce sens, peu patiente, si vous ne la comprenez pas du premier coup, elle utilisera un premier rappel mais pas une seconde.
Elle peut se montrer sévère dans l’initiation si on se but sur des idées que l’on n’arrive pas à passer.
Elle sait utiliser sa magie pour nous confronter à nous-même, nous révélé, nous transformer, car souvent, plonger dans ses mystères nous transformes intrinsèquement, car elle sait nous guider dans les profondeurs de nous-même tout en nous protégeant.
En ce sens, nous pouvons aussi lui donner le nom de la libératrice, car en nous confrontant à nous même, elle nous délivres de notre ignorance et nous révèle sans supercherie.
avatar
Almarean
Admin

Messages : 32
Date d'inscription : 22/03/2016
Age : 28
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum