Cerridwen selon mon expérience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cerridwen selon mon expérience

Message par Iria le Dim 28 Aoû - 22:15

CERRIDWEN, MA DEESSE PATRONNE











Histoire et Culte


Comme beaucoup de Déités Celtes, malheureusement, nous avons peu de traces de son culte, mis à part une  mention, dans le Conte de Taliésin, qu’on rattache parfois au Mabinogion. Ces textes ont été recopiés au Moyen Age par des moines, d’après les histoires racontées par les Bardes.
Cerridwen est une Déesse d’origine Galloise. L’histoire raconte qu’elle vivait sur une île au milieu du lac Tegid, maintenant appelé lac Bala, dans l’actuel parc de Snowdonia. Le lac ne possède plus d’île de nos jours. Elle y avait résidence avec son époux, Tegid, et leurs deux enfants, une fille, Creirwy (le Joyau), aussi élégante, belle et douce que son frère Morvran était de figure affreuse, tant et si bien qu’il fut surnommé Avangddu (le Monstre Noir).
Cerridwen était persuadée qu’il lui fallait aider son fils à se faire accepter dans le monde, et pour pallier à sa laideur, elle décida de le doter, grâce à une potion de son cru, d’une sagesse et d’une connaissance infinies.
Pour cela, elle devait concocter, pendant un an et un jour, un breuvage dans son chaudron. Pendant qu’elle récoltait les plantes selon un ordre précis, elle avait demandé à un vieil aveugle et un jeune garçon d’alimenter le feu et de mélanger sans discontinuer le mélange.
Cependant, cela ne se passa pas comme prévu. Un jour, tandis que Cerridwen était à la cueillette, trois gouttes jaillirent du chaudron, et brûlèrent le pouce du garçon, nommé Gwion Bach. Celui-ci, sans réfléchir, mis son pouce à sa bouche, et absorba ainsi les propriétés de la potion.
A cet instant, Cerridwen sait que son rituel a mal tourné, et se précipite sur Gwion Bach, emplie de fureur, tandis que le jeune garçon, empli de la sagesse du monde, comprend que la Déesse est furibonde et veut s’en prendre à lui. S’en suit donc une course poursuite entre Cerridwen et Gwion, sous différentes formes animales, jusqu’à ce que, à bout de force, le garçon se cache en grain de blé parmi un tas d’autres grains, et que Cerridwen se change en poule et l’avale.
Cependant, neuf mois plus tard, elle donne naissance à nouveau, l’enfant conçu grâce au grain de blé. Elle désire le tuer, mais une fois le nourrisson entre ses bras, elle ne peut se résoudre et l’abandonne dans un sac, au gré des eaux de la rivière.
Ce bébé est recueilli par un homme nommé Elffin, qui le nomma Taliésin (le sourcil lumineux), et devint par la suite un conteur reconnu et un visionnaire, mais ceci est une autre histoire.
Il est donc difficile de donner des précisions quant à un culte particulier de la Déesse, puisqu’il n’est fait mention nulle part d’un sanctuaire qui lui était dédié, ou même d’inscriptions la concernant. Nous ne pouvons nous rattacher qu’à ce conte de Taliésin.
Et pourtant, quel conte ! Je le trouve extrêmement riche en symboles.
Voilà ce que j’en retiens :


DEESSE SORCIERE
Cerridwen est une Déesse Sorcière, connaissant les plantes, le meilleur moment pour les cueillir afin qu’elles puissent donner le meilleur d’elles-mêmes. Je l’imagine, couteau à la main et panier posé à ses pieds, chantant le nom des plantes à mesure qu’elle les ramasse, ainsi que le faisaient les druides, leur demandant de dévoiler leurs secrets pour le bien du rituel prévu. Elle travaille selon les saisons, les phases de la lune et heures planétaires, en harmonie avec la Nature qui l’entoure, ne prélevant que le nécessaire.


DEESSE GUIDE ET INITIATRICE
De plus, en accomplissant cette tâche, en fabriquant cette potion, elle est celle qui permet d’accéder à la connaissance et à la sagesse du monde, et accorde également le don de prophétie, si on est digne d’en bénéficier. On peut rattacher cela à une forme d’initiation. En effet, Gwion est symboliquement l’élève – il doit mélanger pendant la période d’un an et un jour, période régulièrement citée lors des apprentissages initiatiques, notamment en sorcellerie, où l’apprenti doit étudier durant ce temps avant d’avoir la possibilité de pratiquer par lui-même. Une fois ce temps écoulé, ce sacrifice effectué, il a eu accès à cet enseignement et à cette sagesse.
Cerridwen est donc une initiatrice. Une fois la connaissance obtenue, on peut, métaphoriquement, penser qu’elle met au défi son élève, en le chassant. C’est une croyance répandue parmi ceux qui l’honorent de nos jours. Un challenge afin qu’il prouve qu’il a bien suivi ses directives et est prêt à voler de ses propres ailes.
Elle est généralement reliée à la figure de la « vieille femme », de la « crone » dans les visages de la triple lune, grâce à sa sagesse.
 
DEESSE DE VIE-MORT-TRANSFORMATION
Elle régit la vie et la mort grâce  à son chaudron. En effet, le chaudron est un symbole de renouveau et de transformation, dans les mythes celtes. Par son contenu, il a changé Gwion en un homme sage, puis Cerridwen lui a donné la mort en l’avalant, avant de lui redonner vie sous une autre forme, celle de Taliésin, le conteur et prophète, plus riche de connaissances et de qualités que ne l’avait été le jeune garçon cantonné à remuer le mélange.
Elle est liminale, dans le sens où elle est entre les mondes – dans le monde matérielle, comme épouse et mère, mais également dans l’autre monde où elle est à la recherche constante des plantes nécessaires à son sortilège – personnellement, lorsque je suis à la cueillette de mes plantes, je suis un peu entre les mondes, absorbée à ma tâche, ici mais pas vraiment. Elle représente à mes yeux mon quotidien spirituel – à la fois dans le quotidien, en même temps dans son monde intérieur.
De plus, elle a donné naissance à deux enfants – le Jour, sous la figure de Creirwy, la Nuit, sous la forme d’Avangddu. Elle est donc entre deux, en équilibre, sur le fil du rasoir.
 
DEESSE MERE
Elle est aussi une Déesse Mère et une Déesse de Fertilité. En effet, elle veille sur sa progéniture et leur avenir, et en avalant le grain Gwion, elle tombe enceinte et donne la vie à nouveau. Là encore, lorsqu’elle souhaite se débarrasser de cet enfant non désiré, son instinct maternel l’empêche de commettre l’irréparable et elle ne peut que le laisser, le libérer dans les eaux, plutôt que de mettre fin à ses jours.

DEESSE CHAMANE
Elle prend différentes formes lorsqu’elle chasse le jeune Gwion ; Tout d’abord lévrier poursuivant le lièvre, puis loutre chassant le poisson, faucon derrière l’oiseau, et enfin poule noire avalant le grain de blé. On peut donc dire qu’elle maitrise la transformation, l’art du shapeshifting. Je l’associe fortement au monde chamanique tout d’abord pour ce point, mais aussi parce que, grâce à son chaudron et son pouvoir de transformation, elle voyage entre les mondes – aussi bien le monde d’en bas, le monde instinctif, des esprits animaliers et des plantes, mais aussi le monde d’en haut, le monde spirituel des Dieux.
 
Attributs de la Déesse :


Noms :
Plusieurs orthographes sont possibles pour son nom. Cerridwen, Keridwen, Cyrridven… Etymologiquement, on privilégie deux origines:
Cyrrid et Cwrr, signifiant tordue, pliée, et Ben/Ven signifiant femme.
Cerdd signifiant poésie, et gwen signifiant blanc, béni.
A défaut d’explications exactes, les deux étymologies restent valables.
D’un côté, on peut peut-être relier le terme « femme tordue/pliée/voûtée » au croissant de lune.
De l’autre, on réitère le caractère inspirant de la Déesse.
 
Animaux :
On lui attribue généralement la truie ou laie blanche, symbole de fertilité et d’abondance.
De plus, on peut lui attribuer les différents animaux dont elle a pris forme dans le Conte de Taliésin, à savoir le lévrier, la loutre, le faucon et la poule.
En visitant mon temple astral, j’ai d’ailleurs enfin compris quelque chose d’important à mes yeux. Depuis des années, d’ailleurs depuis le début de mon entrée dans ce monde qu’est l’ésotérisme et le paganisme, un animal me suit. Je ne savais dire si c’était un animal guide ou totem. D’ailleurs, dans la leçon de Dea et les Animaux, j’avais évoqué sa présence comme un électron libre, qui me suivait et me guidait, sans pour autant me laisser l’approcher. J’ai déjà réussi à pratiquer le shape shifting avec cet animal, mais celui qui est toujours présent reste discret, ne me dévoilant pas ses secrets.
Et en allant à la rencontre de Cerridwen, j’ai eu la sensation que le fameux lévrier poursuivant le lièvre Gwion n’est pas un animal domestiqué. Lors de mon voyage, j’ai aperçu le renard, ce renard qui m’accompagne depuis si longtemps, et j’ai eu l’intime conviction que c’est lui dont Cerridwen a pris la forme lors de cette traque.
J’ai tenté de l’approcher encore, mais il reste toujours distant, même s’il me laisse le suivre plus longtemps avant de disparaitre entre les broussailles.
Ainsi, le renard est un animal que je relierai à Cerridwen.
On lui attribue également la chouette, animal nocturne souvent allié à la sagesse, et le corbeau, quant à lui diurne, mais souvent nommé animal de la connaissance.
Et par extension, sachant que les Celtes attribuaient la sagesse au saumon, le saumon de la légende de Finn Mac Cumaill, j’associerai également cet animal à Cerridwen, avec en plus la promiscuité du lac pour la Déesse comme pour le Saumon.
 
Objets et symboles :
Le chaudron ! C’est l’élément premier de ce conte et de sa magie. Elle est celle qui fabrique les potions, et il a une symbolique assez poussée dans la mythologie Celte. C’est le chaudron du Dagda, le symbole de l’abondance. C’est aussi le chaudron de la vie et de la mort, qu’on peut relier au ventre et à l’utérus de la mère, par lequel passe les âmes des défunts avant de renaitre.
Je lui attribuerai également le couteau, celui dont elle se sert pour couper ses plantes, associé à un panier plat.
L’astrologie également, comme il est stipulé dans le conte qu’elle tient compte des heures planétaires pour cueillir les plantes nécessaires à sa recette. Et donc par extension, la lune et les étoiles en général.
Le symbole de la spirale, ainsi que le triskel.
La spirale, car elle est un éternel recommencement. Elle symbolise le fil de la vie qui s’étire, comme le tournoiement du liquide qu’on remue dans le chaudron. Et donc, le triskel également, élément celte premier qui est, à mon sens, comme une vue par-dessus du chaudron, les volutes représentant le liquide se mélangeant à l’infini.
Et enfin, le symbole de l’Awen. Les trois traits évoquant l’inspiration divine, que l’on peut relier à son nom, « poésie ». A savoir que la connaissance et la façon de la retransmettre étant intimement liés chez les Celtes. Et les trois « bras » de l’Awen pouvant représenter les trois gouttes du savoir tombées sur le doigt de Gwion.
 
Couleurs :
Le vert, tout d’abord. Lorsque je la vois, je vois du vert tout autour. Le vert des plantes, de la lande autour d’elle, du toit de sa chaumière sur lequel repousse des herbes folles…
Puis, le bleu gris de l’eau. La couleur d’un lac profond, reflétant le gris du ciel de Galles.
Je lui attribuerai également des couleurs plus sombres, comme le rouge sang, et le noir, comme la couleur du chaudron.
Ainsi que l’argenté, couleur de lune, symbole de féminité et de magie.
 
Lieux de culte :
La nature, tout d’abord. A l’origine, les Celtes organisaient leurs lieux de culte en extérieur. Donc chaque petit bout de verdure peut servir à honorer la Déesse. Mais personnellement, l’endroit idéal serait aux abords d’une étendue d’eau, une clairière près d’une forêt. Par extension au chaudron, je lui associe également le foyer et la cuisine, car elle a, à mon sens, un fort esprit de KitchenWitch. Je ressens énormément sa présence lorsque je cuisine, surtout lorsque j’essaie d’associer ma magie avec mes préparations au quotidien.

 
Pierres :
Je lui associe de nombreuses pierres, notamment l’aventurine. C’est une pierre qui favorise la créativité, et Cerridwen est une Déesse pleine de ressources. Du genre à se débrouiller avec ce qu’elle a sous la main lorsqu’elle veut quelque chose. C’est aussi une pierre qui apporte la clarté mentale, qualité dont on peut avoir grandement besoin avant de pratiquer tout rituel.
Ensuite, je lui associerai naturellement le cristal de roche, tout d’abord parce que c’est la pierre par excellence, la pierre multi fonctions si elle est correctement chargée, et la pierre amplificatrice de toute magie. De plus, elle accroit elle aussi la clarté mentale.
Je lui associerai également l’améthyste. Pierre du chakra coronal, favorisant la divination et les prophéties…
Egalement, l’œil de faucon, apportant maitrise de soi, audace et surtout enracinement.
Je rajouterai encore l’agate arbre, qui est reliée à la nature, à la fécondité, et à la germination, et permet donc une connexion avec ce qui nous entoure.
Et pour finir, mais pas des moindres, la labradorite. Elle a ce côté sombre, mais avec des éclats superbes qui s’éclairent lorsqu’on sait bien la regarder…
 
Plantes :
Si je m’écoutais, je la relierai à toutes les plantes possibles ! Le souci principal étant toujours et encore qu’on n’a pas de traces concernant le culte de Cerridwen, il faut se fier à son ressenti et on a souvent l’impression d’aller trop loin.
Tout d’abord, je lui associerai le lierre. C’est une plante de sous bois, couvrant le sol, s’étalant et s’étirant au possible, grimpant toujours et encore… C’est la sensation que j’ai lorsque j’évoque la présence de Cerridwen. Elle est discrète mais pourtant terriblement présente. De plus, le lierre est une plante aux multiples propriétés. Autant les feuilles et les fleurs peuvent être utiles dans de nombreux cas, notamment à l’antiquité, où les Grecs s’en servaient pour se protéger des empoisonnements, autant les fruits en seraient mortels pour un homme… C’est le double tranchant de la plante.
Dans la même optique, je lui attribue la fougère. En magie, c’est une plante de protection et utilisée pour les exorcismes, mais si on l’ingère à forte dose (notamment comme vermifuge), elle est un véritable poison pour l’être humain.
 
Ensuite, je lui associe la verveine, plante protectrice par excellence, apportant également prospérité purification et bénédiction. Je connaissais très peu cette plante mis à part dans l’éternelle tisane tilleul-verveine avant d’aller dormir, mais en étudiant la stregheria dernièrement je lui ai découvert de nombreuses propriétés magiques, ce qui en fait une plante sorcière de premier plan.
Je lui attribuerai aussi naturellement les grains, comme le blé, l’épeautre, en tant que Déesse de la fertilité, puisqu’en avalant les grains de blé elle en tomba enceinte, ainsi que tous les fruits à coques (noix, noisettes), connus pour être les fruits de la sagesse.
Le saule est également un arbre que l’on peut associer à la Déesse. Déjà, à la Déesse en général, dans de nombreux ouvrages. Mais pour Cerridwen, on peut dire qu’il représente sa nature, lui aussi. A la fois ancré dans le sol, mais les racines dans l’eau. Entre deux mondes. En travaillant sur les oghams et la signification du saule, j’y vois la sagesse du monde, la grand-mère arbre qui soutient, alors qu’elle a vu passer de nombreuses vies.
Et puis l’iris. C’est une fleur qui m’a toujours fascinée également. A la fois fragile et délicate, mais pouvant être mortelle. En effet, les feuilles et racines fraiches sont toxiques, tandis qu’une fois sèches, elles peuvent être utilisées en purification et dans la pharmacie.
 
Périodes de l’année :
J’ai souvent lu qu’on attribuait à Cerridwen la période de l’automne, principalement entre Mabon et Samhain. C’est le visage de la vieille femme sage, la sorcière, la fin de vie. Et je trouve cela juste. Mais également, je lui associe, personnellement, la période entre Beltane et Litha. Cette période où, justement, il est temps de ramasser et amasser les plantes nécessaires à nos rituels, à nos potions, pour le restant de l’année. C’est là où elles sont le plus chargé en énergies, où elles ont les meilleures chances de sécher complètement. J’imagine souvent Cerridwen ainsi, fouillant la nature à la recherche de la plante parfaite, armée de son couteau, écartant les branches, frôlant les fougères…
 
Eléments :
Cerridwen est souvent associée à la fois à la Terre et à l’Eau, Terre pour son rapport aux plantes et la nature, et l’Eau pour le lac Tegid, ainsi que le contenu du chaudron.
Personnellement, je suis d’accord avec cette association, mais cependant, je rajouterai toutefois qu’on peut la relier au Feu pour sa volonté, car c’est le Feu qui l’anime lorsqu’elle désire à tout prix aider son fils, et elle y consacre une année entière, continuellement, pour réussir sa tâche. Et c’est encore le Feu qui la pousse, la colère, lorsqu’elle prend en chasse Gwion Bach.
Et enfin, l’Air également, car elle est une Déesse inspiratrice. Sa sagacité est de celle qui pousse à avancer et progresser, et le fait que Taliésin soit un barde de grand renom permet de l’associer à cet élément lié à la parole, la connaissance.
Je lie encore tout cela au chaudron, qui représente pour moi les quatre éléments :
Le fer du chaudron qui est l’élément Terre, issu des profondeurs
Le feu qui brûle sous son ventre, transformant la matière contenue
L’eau qu’il contient, liquide qui peut être à la fois positif et négatif selon ce qu’on désire en faire
Enfin, la vapeur, la fumée qui s’en échappe, symbolisant l’Air et le résultat final.
 
Runes :
Là encore, le choix est vaste, tellement je relie ce système à Cerridwen ! Même si techniquement, on associerait plus facilement les oghams celtes à une Déesse Galloise, mais les runes sont les symboles qui me parlent le plus et que je relie instinctivement à Cerridwen.
Tout d’abord, j’associerai la rune Perthro à la Déesse. En effet, cette rune représente un chaudron, le chaudron de l’inconnu et de la divination, la rune du mystère et de la magie. On ne sait jamais vraiment ce qui va en sortir.
Ensuite, je lui attribuerai Elhaz, suite à une visualisation que j’ai eu il y a quelques années de cela, à un moment de ma vie où je me sentais affaiblie et seule, et où cette rune m’est apparue, grandissant et devenant un arbre protecteur, et Cerridwen apparaissant dans ses branches immenses afin de m’aider et m’apporter le réconfort dont j’avais besoin.
Elle est également Ansuz, la communication divine, celle par qui les messages divins passent. Elle permet également d’accroitre ses dons magiques.
Je lui attribuerai encore Dagaz, car c’est la rune de l’éveil, celle de l’après passage dans le chaudron de la renaissance ; Dagaz est l’aube après la nuit, le renouveau.
Othala est la rune de la famille, du clan. En cela, elle peut représenter Cerridwen, car elle est celle qui accomplit tout ce qu’elle peut pour sa progéniture. C’est une rune d’unité, qui « contient » comme le fait Ingwaz, mais avec une ouverture vers l’extérieur. Elle est l’introspection, avant de sortir affronter le monde tous ensemble.
Et enfin, je lui associerai Laguz, l’eau du lac limpide et calme, qui peut s’agiter et faire trembler ceux qui n’ont pas su faire attention à son potentiel pouvoir. C’est l’intuition féminine profonde, et la fécondité aussi bien physique que psychique. Je la relie à la lune, une rune froide et humide, pourtant promettant des trésors.
 
Odeurs :
Les herbes fraiches, qu’on vient de couper, comme celles que l’on cueille à Litha et qui sèchent tranquillement au grenier.
L’odeur toute chaude du pain sortant du four, rappelant la cuisine, la sorcière du foyer, qui a faim de combler sa famille et de faire honneur à celle qui protège le foyer


Mais aussi l’odeur des embruns le soir… Une senteur de magie, la marée et la lune combinées, où tout est possible si on s’en donne la peine.




Offrandes:
Comme on lui associe traditionnellement la truie blanche, je pense que des offrandes à base de porc seraient les bienvenues. De même, tous les plats à base de grains, et par extension, de farine, sont envisageables. Donc, au final, la gamme de produits possibles est assez large, allant du pain aux pâtisseries, gâteaux.
J’ajouterai également des boissons fermentées à base de grains, comme la bière par exemple, l’hydromel également. Une infusion de plantes, un thé sont également de très bonnes idées. De même, du lait, symbole maternel et de fertilité, du miel sont, à mon avis, recommandés.
Egalement, des fruits que l’on peut trouver dans les sous bois : mûres, myrtilles, fraises sauvages, glands, noisettes…
La noisette étant connotée dans la mythologie celtique comme étant le fruit de la sagesse, je pense qu’on ne peut que l’attribuer à Cerridwen.
Par extension encore, puisqu’on lui associe généralement la période de l’automne, comme la « Crone », tous les fruits et fruits à coques dont c’est la pleine saison peuvent lui être associés également.
Comme je l’associe énormément à l’air, des offrandes de ce type sont également très appréciées. Le bois de santal, et le sang de dragon ont sa saveur, ainsi que la myrrhe et l’oliban.


J’ai aussi, suite à une idée subite, offert un poème à son intention. N’étant pas très douée pour les tournures, je préfère en général m’en remettre à des auteurs plus à même de produire de beaux morceaux. Et mon choix s’est porté sur le recueil de William Blake, Songs of Innocence and Experience, dont j’aime la rythmique et la profondeur, tels « The Echoing Green » ou encore le tout petit sonnet « Eternity ». Et j’ai ressenti une immense paix à leur lecture à haute voix, près de mon autel, je sais qu’ils ont été appréciés.








Cerridwen est, pour moi, la mère qui laisse ses enfants faire leurs propres expériences, fouler d'autres rivages sans jalousie aucune. Car elle sait qu'au final, je lui reviendrai toujours. Mais elle est aussi l'enseignante méticuleuse qui exige qu'on soit rigoureux et attentif. Si vous désirez faire votre propre route, elle attend et marche à vos côtés pour vous conseiller. Mais si vous attendez d'elle une leçon, ce sera selon ses règles et elle insistera pour être sûre que vous ayez bien compris ce qu'elle veut inculquer.
avatar
Iria
Admin

Messages : 33
Date d'inscription : 21/03/2016
Age : 33
Localisation : Corbie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerridwen selon mon expérience

Message par Nebula Lagoon le Lun 29 Aoû - 20:43

magnifique j'ai adoré ton post ma belle !!!
je lis actuellement le magazine géohistoire sur les celtes, je ressens quelque chose par rapport à ce peuple qui nous est "si proche" <3
j'avoue qu'en plus quand tu parles du rapport à l'eau... gnnnnh
avatar
Nebula Lagoon

Messages : 7
Date d'inscription : 21/03/2016
Age : 29
Localisation : Roubaix

Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Kotka.Utopia/?fref=ts

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum